DÉCOUVREZ LA PEAU

La peau représente le plus grand organe du corps humain. Afin de garantir la santé optimale de celle-ci, il est nécessaire de comprendre les différents types et problèmes de la peau et de connaître les multiples facteurs qui peuvent l’agresser.

Find a Skincare Professional »

COMPRENDRE LA PEAU

La peau est le plus grand organe du corps humain et est composée de multiples couches. Elle contient des protéines structurales et des composants vitaux assurant sa santé et son apparence. Pour garantir les meilleurs résultats des soins dermo-professionnels, il est essentiel de comprendre le fonctionnement interne de cet organe dynamique.

LES DIFFÉRENTS TYPES ET PROBLÈMES DE PEAU

Chaque peau est différente et la combinaison de chaque type de peau avec son problème particulier présente un ensemble unique de caractéristiques.

Press Play

LES AGGRESSIONS ENVIRONNEMENTALES

La peau contient une réserve naturelle d’antioxydants qui l’aident à se réparer. Cependant, à mesure que la peau est soumise à des agressions environnementales, cette réserve s’épuise très vite. Sans la protection des antioxydants, la peau peut souffrir de dommages cellulaires qui affectent à la fois son apparence et sa santé au long-terme.

Les principaux facteurs environnementaux qui contribuent aux défauts cutanés sont la lumière du soleil, le rayonnement infrarouge, la pollution de l’air, les températures trop élevées ou trop basses ainsi que la fumée de cigarette. Ces agressions génèrent des radicaux libres, lesquels entraînent une réaction en chaîne qui endommage la peau et détruit des composants vitaux des cellules. Lorsque les cellules deviennent moins capables de se défendre face aux agressions extérieures et ne parviennent plus à fonctionner correctement, les signes visibles incluent les rides, les ridules, le relâchement cutané et les taches.

LES DOMMAGES CUTANÉS DUS AU SOLEIL ET LA PROTECTION SOLAIRE

Le soleil est la source d’énergie qui permet la vie, mais une exposition fréquente ou prolongée sans protection adéquate a des conséquences négatives. Les trois principaux types de rayons qui abîment la peau sont les UVA, les UVB et les infrarouges (IR). Tous ont la capacité de pénétrer dans la peau et de causer des dommages cellulaires. Au niveau superficiel, ceux-ci se manifestent par des ridules, des rides, un relâchement cutané et des taches, mais la conséquence la plus dangereuse sous la surface de la peau est le risque de cancer de la peau.

Pour protéger efficacement la peau du soleil, les protections solaires doivent être intégrées à toute routine de soin quotidienne. On pourra choisir entre des principes physiques qui reflètent les UV, des principes chimiques qui les absorbent, ou une combinaison des deux, mais l’élément le plus important à rechercher sur une étiquette est le terme « large spectre ». En effet, celui-ci indique une protection étendue contre le spectre du rayonnement UVA et UVB, alors que l’indication SPF mesure uniquement la durée pendant laquelle le produit protège des UVB responsables des coups de soleil.

Les recherches ont prouvé que les filtres solaires seuls ne protégeaient pas de façon adéquate des agressions environnementales. Il est important de noter qu’en moyenne, les consommateurs n’appliquaient pas leur protection solaire en quantité suffisante, n’obtenant ainsi parfois que la moitié de la protection indiquée sur le flacon. Il faut ensuite préciser que les filtres solaires ne bloquent que 55 % des radicaux libres générés par l’exposition aux UV*. Enfin, les filtres UV ne procurent pas de protection contre le rayonnement infrarouge dangereux. Pour garantir une protection étendue de la peau contre toutes les sources d’agressions environnementales, il est impératif d’utiliser un antioxydant topique en association avec l’application quotidienne d’un filtre solaire. Afin d’assurer une protection optimale contre les dommages dus aux UV et à d’autres facteurs environnementaux, SkinCeuticals offre quatre soins à base d’antioxydants dont l’efficacité a été cliniquement prouvée.

* Haywood, R., et al, J Invest Dermatol 2006;121:862-868